Menu déroulant

. .

jeudi 28 juin 2012

Nicolas Doze - Vers la dictature d'une Europe fédérale ? (EURSS)

Analyse Graphique - Total: Rien de très bon à court terme

Nous sommes actuellement dans un biseau descendant. Le support est testé depuis plusieurs jours. Les vendeurs continuent à avoir la main sur le titre. Je reste vendeur tant que la résistance (oblique) n'a pas été cassée à la hausse. La volatilité a fortement baissée depuis deux mois. Un fort mouvement haussier ou baissier est à prévoir à court/moyen terme.


Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

Analyse Graphique: CAC40, €/$ et Pétrole

Le CAC 40 est dans un triangle, et rien n'indique une sortie à la hausse ou à la baisse.
Je reste Neutre à moyen terme


Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

Avec une unité de temps journalière et donc une vision plus court terme,  le CAC semble sous pression. Nous restons dans une zone de consolidation. Nous surveillons les niveaux de 3100 et 3125 points à la hausse et 2960-3000 points à la baisse. En attendant je reste eutre également sur le court terme.
Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.
 
Nous restons dans un biseau baissier sur l'€/$. La pression reste vendeuse. Je suis repassé Neutre depuis 1.24. Je suis également Neutre sur l'€/$

Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

 Après une forte baisse depuis le début d'année, le niveau des 90$ a tenu, et à court terme laisse la porte ouverte pour un rebond des 100$. Je reste Neutre à court terme.

 Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

mardi 26 juin 2012

Nicolas Doze - BFM: La hausse du Smic n'est bonne pour personne

Vidéo: 1929 2l2 La grande dépression

Vidéo: La crise de 1929 (Part 1/2)

Voici ce que nous pourrions connaître si rien ne change rapidement:


Performance des différentes classes d'actifs depuis le 31 Mai 2012

Définir son scénario macroéconomique peut créer son portefeuille pourquoi pas?
 En revanche, cette approche ne se suffit probablement pas à elle-même.
En voici un exemple. Qui a acheté le marché action espagnol et joué la baisse le prix du pétrole depuis fin Mai 2012?



Représentation graphique de l'évolution du SMIC par rapport à l'inflation




1er After Work de la Finance, le 28 Juin à Nice

Venez découvrir les 1er After Work de la Finance, le 28/06 à l'Hôtel Beau Rivage de Nice de 19h00 à 21h00. Entrée gratuite sur réservation à ajcanthony@yahoo.com ou info@toptimiz.com.


Analyse Graphique - Brent: Rebond technique sur les 90$

Le Pétrole a bien touché les 90$ comme annoncé ces derniers jours (article du 19/06). Un rebond technique est possible à court terme vers les 97$-98$. Le potentiel de baisse à court terme semble limité.
Mon point de vue: Prise de profit pour des positions vendeuses. Je suis désormais Neutre.


Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

Analyse Graphique - Vivendi toujours dans son triangle

La configuration graphique du titre reste peu claire à court terme. Je reste à l'écart du titre et reste Neutre sur la valeur.

Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

Graphique: Taux de chômage en Europe par pays


Historique des ventes immobilières aux US (graphique CT et LT)


Revue des récents downgrades dans le secteur bancaire pour l'agence de notation Moody's


Olivier Delamarche - BFM Business - 26/06/2012

samedi 23 juin 2012

Analyse Graphique: Altran dans son canal baissier


Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

Analyse Graphique EADS: En avant pour un bon plongeon

Ces derniers jours, le marché nous faisait des appels du pied pour shorter la valeur. La résistance a bien joué son rôle. La configuration est claire. On devrait tester à très court terme les plus bas du début du mois de Juin, puis redescendre probablement sur les niveaux  de 20€. 


Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

Boule de neige : l’Etat espagnol précipite ses banques dans une crise à la grecque

"Les ministres des finances de la zone euro se réunissaient ce jeudi à Luxembourg avec au menu le programme des réformes en Grèce et la situation des banques espagnoles. L'occasion de faire le point sur l'Espagne dont la situation semble malheureusement se rapprocher de plus en plus de celle de la Grèce..."
 "La situation de l’Espagne s’aggrave parce qu’elle emprunte à des taux de plus en plus élevés, cela nous le savons. Mais il se produit également un autre phénomène qui aggrave la crise que connaît ce pays, et qui l’entraîne droit vers la situation de la Grèce : ce sont essentiellement les banques espagnoles qui achètent – à crédit – la dette émise par Madrid. Il faut bien lire ce passage d’un article des Echos :
« La taille modeste de l'opération d'aujourd'hui [émission de 2 milliards d’euros d’obligations à moyen-terme] a permis aux acheteurs domestiques d'absorber l'offre », explique Nicholas Spiro, directeur de Spiro Sovereign Strategy. Depuis les injections de liquidités de la Banque centrale européenne (BCE), les banques domestiques ont pris le relais des investisseurs étrangers, qui fuient le marché de la dette publique espagnole.
Les investisseurs étrangers sont partis, ils ne prêtent plus à l’Espagne, ni d’ailleurs à ses banques, plombées par la bulle immobilière. Ces dernières n’ont donc plus accès au marché interbancaire, elles se tournent alors vers la BCE à qui elles empruntent de l’argent à 1% (le taux directeur de la BCE) pour acheter de la dette espagnole qui rapporte 4 à 6%. Elles le font parce que Madrid les oblige à le faire (sinon personne n’achèterait ses obligations !), et comme le pouvoir soutient les banques en difficulté, elles ne peuvent pas refuser. Elles le font aussi parce que c’est rentable (emprunter à 1% et acheter des obligations qui rapportent 4 à 6%). Cependant ce bénéfice reste minuscule par rapport à leurs créances immobilières douteuses, mais cela apporte une amélioration temporaire.
Ce faisant, la quantité de dette dans le système (BCE-banques espagnoles-Etat espagnol) augmente, on ne fait ici que gagner du temps. Et les banques espagnoles remplissent ainsi leur bilan d’obligations espagnoles : quand l’Espagne devra restructurer sa dette, cela impactera toutes ses banques, et il faudra – encore – les renflouer ! C’est exactement ce qui se passe en Grèce en ce moment. Et la situation devient inextricable car tout le système financier plonge, tandis que l’Etat a toujours besoin d’émettre des obligations parce que son déficit ne diminue pas.
L’étape suivante, on la connaît, c’est le bank run. Les populations se mettent – légitimement – à douter de la solidité de leurs banques, elles retirent leur argent pour le placer à l’étranger ou dans des filiales de banques étrangères. Ce mouvement existe depuis 2011 en Grèce, depuis quelques semaines en Espagne, et il a pour conséquence d’aggraver – encore – la situation des banques, qui doivent emprunter encore plus à la BCE…
La hausse des taux auxquels empruntent les Etats n’est qu’un aspect du problème de la crise de la zone euro, il se développe également une gigantesque bulle obligataire qui risque d’éclater un jour ou l’autre."
 Source: Atlantico

BFM - Nicolas Doze: Les effets délétères du coup de pouce au Smic

jeudi 21 juin 2012

Eurobonds : la France s'incline face à l'Allemagne

"Le premier ministre Jean-Marc Ayrault a reconnu que les euro-obligations, c'est-à-dire la mise en commun d'une partie des dettes des États européens, «prendra sans doute plusieurs années»."

"Le premier ministre français Jean-Marc Ayrault vient d'effectuer une grande manœuvre de rétropédalage dans le dossier européen. Il a admis que l'une des mesures anticrises affichées comme prioritaires jusqu'à présent, les euro-obligations, ne verront pas le jour avant «plusieurs années».
«Je souhaite que nous parlions des eurobonds (ou euro-obligations) à Bruxelles comme d'une perspective. Le système de mutualisation de la dette exige une plus grande intégration politique qui est nécessaire. Cela prendra sans doute plusieurs années. Cependant, sans attendre, il faut agir», a-t-il dit à l'hebdomadaire allemand Die Zeit à paraître jeudi.
Ces derniers jours, les relations franco-allemandes s'étaient fortement tendues. Jean-Marc Ayrault fait donc une concession majeure aux Allemands, 24 heures avant la réunion des ministres des finances de la zone euro et une semaine en amont d'un sommet européen des chefs d'État très attendu. Les euro-obligations étaient un des principaux points de tension avec Berlin. Les socialistes au pouvoir en France les voulaient tout de suite, les Allemands n'y consentant qu'à la fin du fin, seulement si les États de la zone euro acceptent de transférer d'importants pans de souveraineté budgétaire à Bruxelles.
«Les euro-obligations arriveront en dernier», avance Guillaume Menuet, économiste responsable de la zone euro à la banque Citi. «Ils ne seront mis en place que lorsque le Mécanisme européen de stabilité (MES, chargé de prêter des fonds aux États en difficulté, doté de 500 milliards d'euros), sera à sec. En attendant, la première roue du carosse, ce sera l'union bancaire», explique-t-il. Et ce, même si l'Allemagne s'y oppose fermement.

Union bancaire et MES

Paris entend d'ailleurs faire du dossier de l'union bancaire sa priorité. «Nous devons aller vers une supervision bancaire commune, avec un système européen de garantie des dépôts. Nous pouvons aussi trouver des solutions pour faciliter l'accès au financement des États, par exemple par des émissions à court terme ou par la proposition des Sages allemands sur le fonds d'amortissement», a-t-il détaillé.
Le premier ministre a également évoqué le renforcement du MES. Il doit pouvoir agir comme une banque «à certaines conditions», a prôné le Français. En clair, Paris aimerait que le MES, qui servira à prêter aux États en difficulté, puisse emprunter directement auprès de la Banque centrale européenne (BCE) et non plus uniquement sur les marchés financiers. Berlin s'y oppose au motif que le mandat de la BCE exclut un financement des déficits publics."

Source: Le Figaro

BFM - Nicolas Doze: Le G20 fut vain pour Hollande

Analyse Graphique - DANONE: Les supports sont testés mais n'ont pas encore cédé

Le support en UT journalier a été testé aujourd'hui mais tient toujours.
En UT hebdomadaire, le support semble cassé mais nous devons attendre la clôture de Vendredi pour obtenir la bougie définitive et prendre une décision.
Je reste Neutre sur la valeur.
Ci-dessous les représentations graphiques en UT journalier et hebdomadaire.



Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

Analyse CAC40: Doji pour le CAC40. Possible essoufflement de la tendance

Bonjour à tous,

Rien de très nouveau sur le CAC40. Nous sommes au-dessus des 3100 points mais n'avons pas cassé la résistance à 3327-3228 points. Les volumes sont en baisse. Nous avons de plus eu un doji aujourd'hui. Une séance de baisse demain avec une bougie rouge pourrait renverser la tendance à court/moyen terme.
En attendant je reste Neutre sur le CAC40.
Les séminaires/formations s'enchaînent tous les jours en ce moment, et je n'ai eu que très peu de temps pour animer le blog. Le retour à la normale est prévu pour mardi.
 

Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.




mardi 19 juin 2012

Brent: En route pour les 90$

Depuis la cassure du support vers les 110$, difficile d'être positif sur le pétrole.
Le prochain support se situe désormais à 90$. Je reste vendeur.


Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

lundi 18 juin 2012

Marc Faber : Le plan de relance de Hollande est une catastrophe

Marc Faber: La probabilité d'un crash équivalent à 1987 augmente

Forte correction d'ici la fin d'année ou crash équivalent à celui de 1987?
 Selon Marc Faber, les prochains mois vont être déterminants. L'année des élections US, les marchés ont tendance à bien se comporter sur la période Juin-Septembre. Le gouvernement va tout faire pour soutenir les marchés en espérant que cela suffise pour se faire réélire. Cependant la situation est trop fragile pour pousser les marchés financiers sur ses plus hauts. Je reste Neutre sur les marchés.




Le taux des créances douteuses en forte hausse pour les banques espagnoles


Analyse Graphique : Le CAC40 n'a pas tenu les 3100 points

Le CAC40 a ouvert ce matin avec un gap à l'ouverture. Malheureusement, ces niveaux n'ont pas tenu et le marché a clôturé en baisse. Un  retour sur les 3030/3000 points semble désormais probable. Je reste Neutre sur le CAC40.


Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

vendredi 15 juin 2012

Evolution de l'inflation US par secteur (2008-2012)


Le CAC40 reste dans sa zone de consolidation

Le CAC pourrait traiter encore quelques jours entre 3000 -3100 points et continue à tester les niveaux mentionnés lors de nos dernières analyses (3000 et 3030 points).

Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.

Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.

Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

Nicolas Doze - Un économiste dénonce la politique du gouvernement

mercredi 13 juin 2012

Analyse Graphique: France Télécom continue dans son biseau baissier

Nous restons dans une configuration baissière. Je reste vendeur sur la valeur.


Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

Nicolas Doze - BFM: Aucune tête ne doit dépasser !

Analyse Graphique - Essilor: Upside limité. Prise de profit

Le titre est proche de sa résistance. Je passe Neutre sur la valeur.


Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

Analyse Graphique: EDF devrait bientôt sortir de son trou

La sortie du biseau devrait être pour cet été. En attendant, nous restons vendeur sur la valeur.



Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

Analyse Graphique - EADS: La baisse devrait se poursuivre

La période de consolidation devrait se poursuivre.
Un retour sur la zone des 25€ puis 20€ semble probable. Je reste négatif sur la valeur.


Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

Immobilier : Paris, ville la plus chère d'Europe

"La France est l'un des pays les plus chers d'Europe en ce qui concerne l'immobilier, selon une étude sur 12 pays de l'UE rendue publique mardi par le cabinet Deloitte.
La France est, après le Danemark, le pays où le coût total du logement (location, services, réparations, reconstructions...) est le plus élevé : il dépasse de 41 % la moyenne de l'UE (un peu plus de 3 200 euros par personne sur l'année). Le Danemark la dépasse de 70 %. C'est aussi en France que les logements neufs sont les plus chers : entre 3 500 et 4 000 euros le mètre carré en moyenne, devant le Royaume-Uni (environ 3 000 euros) et l'Italie (entre 2 500 et 3 000 euros).
Parmi les capitales et les grandes villes, Paris est la plus chère avec des transactions dépassant 8 000 euros par mètre carré en moyenne dans le neuf. Le groupe suivant réunit une autre ville française, Marseille, aux côtés de Londres, Rome et Milan, avec des prix d'environ 4 000 euros le mètre carré. Budapest est la capitale européenne la plus abordable : 940 euros du mètre carré.

Hausse des prix

La France affiche aussi la plus forte hausse des prix sur un an (+ 6,2 %), suivie par l'Allemagne (+ 4 %), l'Autriche (+ 3,14 %) et la Belgique (+ 3 %). À l'inverse, il y a une "baisse significative" en Hongrie (de plus de 20 %) et en Espagne (de plus de 5 %). La France se distingue également pour l'accessibilité des logements à l'achat, que Deloitte évalue par rapport au salaire moyen national. Pour acheter un appartement de 70 mètres carrés, il faudra en France 9,1 années de salaire, le niveau le plus élevé. À l'autre bout de l'échelle, au Danemark, 2,43 années de salaire suffisent.
L'un des rares indicateurs où la France n'arrive pas dans le haut du classement est l'endettement. Le montant total des emprunts immobiliers y représente 41 % du PIB, en dessous de la moyenne de l'UE (52 %) et loin derrière les Pays-Bas et le Danemark, où l'endettement dépasse 100 % du PIB. L'endettement par habitant est de 12 310 euros par habitant en France, comparable à celui de l'Espagne, de l'Autriche et de la Belgique, mais nettement en dessous de celui du Royaume-Uni (23 270 euros) et des Pays-Bas (38 010 euros).
L'étude de Deloitte compare l'Autriche, la Belgique, la République tchèque, le Danemark, la France, l'Allemagne, la Hongrie, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne, l'Espagne et le Royaume-Uni."

Source: Le Point.fr

La chute de l'immobilier a laminé la richesse des ménages aux Etats-Unis

"Voilà un rapport dont l'administration Obama se serait sans doute bien passé à cinq mois des élections. Selon la dernière étude triennale sur l'évolution des finances des consommateurs, publiée lundi soir par la Réserve fédérale (FED) sur son site, le patrimoine net des ménages américains a chuté «radicalement» entre 2007 et 2010. Non seulement le revenu médian des ménages est en recul de 7,7% (à 45.800 dollars) sur la même période, mais leur patrimoine net a chuté de 38,8% du fait de l'effondrement de la valeur des logements. Au final, le rapport confirme la tendance à la paupérisation progressive de la classe moyenne depuis la dernière récession, même s'il note que les revenus les plus élevés ont aussi subi une perte de revenus significative.
«Globalement, à la fois le patrimoine net médian et le patrimoine moyen des ménages ont tous deux chuté dramatiquement sur cette période (de 38,8% et 14,7% respectivement), sous l'effet principal de l'évolution du patrimoine immobilier et de la valeur des actions», note le rapport de la FED. Au total, c'est la plus importante chute sur une période de trois ans observée depuis le démarrage de l'enquête en 1989, le patrimoine médian des ménages (77.300 dollars en 2010 contre 126.400 dollars en 2007) étant retombé à son niveau de 1992, en données corrigées des effets de l'inflation. Parallèlement, la part des foyers américains surendettés qui sont en retard de 60 jours au moins sur leurs remboursements est passée de 7,1% à 10,8% en trois ans.
«Bien que les baisses de valeur des actifs financiers et des entreprises aient été des facteurs pour certains foyers, le recul du patrimoine médian a été essentiellement tiré par la chute globale des prix immobiliers», souligne la FED. Outre les données brutes sur l'érosion de la richesse des ménages, le rapport de la FED contient quelques pistes intéressantes sur l'évolution de leurs comportements. La part des ménages américains ayant réussi à épargner quelque chose est tombée de 56,4% à 52% en trois ans. Mais la tendance est désormais davantage à une «épargne de précaution» liée à la perte de confiance dans l'évolution de l'économie qu'à une volonté de «mettre de côté» pour sa retraite ou pour le financement des études. Bien que la baisse de revenus ait été plus prononcée pour les 10% des foyers les plus favorisés, les revenus moyens de cette tranche restaient de 349.000 dollars en 2010.
Même si elle s'arrête à 2010, l'enquête de la FED met en lumière l'ampleur des difficultés auxquelles risque d'être confronté Barack Obama pour valoriser son bilan économique, après la révision à la baisse des chiffres de la croissance (de 2,2% à 1,9%) au premier trimestre. Signe d'espoir: selon une étude présentée hier par le gérant BlackRock, le marché de l'immobilier aurait pratiquement touché le fond et devrait amorcer une «très lente reprise» à partir de l'année prochaine."
Source: Les Echos

Analyse Graphique - Danone: Le titre toujours dans son canal haussier

Nous restons Neutre sur la valeur bien que dans un canal haussier. L'upside à court terme me semble limité (55€).


Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

Analyse Graphique - Crédit Agricole : Le rebond sur les 2.85€ semble fragile

En trading agressif, il y a une possibilité d'acheter le titre maintenant avec un stop à 2.75€ en clôture.
Par prudence, nous restons Neutre.
Une cassure de la résistance oblique serait rassurant mais probablement pas suffisant pour repasser positif sur la valeur.  Seul un rebond au-dessus des 4.00€ à moyen terme nous permettrait de repasser positif.



Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

Analyse Graphique Carrefour: Je reste vendeur tant que l'on ne casse pas la résistance

D'un point de vue chartiste, il est pratiquement impossible d'être positif sur le titre depuis début Avril (cassure du support). Nous avons une résistance vers les 14.5€. Tant que celle-ci n'est pas cassée, je reste vendeur sur la valeur. Dommage pour Blue Capital.



Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

Analyse Graphique - Cap Gemini: La sortie de biseau est proche

Rien de très nouveau sur la valeur. Je reste Neutre tant que l'on ne sort pas de la configuration actuelle (biseau).


Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

Analyse Graphique - Bouygues: Le titre reste dans son canal baissier

Le représentation graphique est assez claire. Aucune raison d'être positif à court terme sur la valeur tant que l'on se sort pas de cette configuration. Je reste vendeur sur la valeur.


Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

Analyse Graphique: BNP reste dans son biseau descendant

Configuration graphique assez semblable au titre Axa. Je reste Neutre sur la valeur tant que l'on reste dans le biseau. 1er support à 27.5€ puis 24.75€.


Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

Analyse Graphique - Axa: Toujours dans son biseau descendant.

Le titre Axa est bien parti pour tester ses plus bas du mois de Novembre 2011 et fin Mai 2012. Tant que le cours du titre ne sort pas de ce biseau, je reste Neutre sur la valeur.


Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

Analyse Graphique - Arcelor Mittal: Le titre se pose sur son support à 11€.

Nous soldons notre position vendeuse sur le titre et passons Neutre sur la valeur.


Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

Analyse Graphique - Alstom: Le titre en direction des 22€

La configuration graphique n'est pas réjouissante. Le support à 22€ pourrait ne pas tenir cette fois-ci. Je reste vendeur sur la valeur.


Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

Infograhie: Production Industrielle depuis 2000 par pays


Olivier Delamarche - BFM Business 12/06/2012

mardi 12 juin 2012

Analyse Graphique: Alcatel possible retour sur les 1.10€ à court terme


Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

Analyse Graphique: Accor en route pour les 20€

Depuis que le support à été cassé fin Mai, la tendance est clairement baissière. Un retour sur les 20€ nous semble probable à CT/MT. Je reste vendeur sur le titre.


Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

Le CAC a échoué sur les 3100 points et avalement double. Test possible sur les 3000 points demain

Après avoir testé les 3100 points le CAC40 devrait tester aujourd'hui les 3000 points. En attendant une sortie, je reste Neutre sur le CAC40. La période de consolidation pourrait durer encore quelques jours.




Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

lundi 11 juin 2012

Analyse CAC 40: La bonne nouvelle de l'Espagne devrait propulser le CAC40 sur les 3100 points en clôture.

Malgré un rebond possible demain suite aux "bonnes nouvelles provenant de l'Espagne", nous restons Neutre.
Le CAC40 devrait rester dans le range 3000-3100 points.

De nombreuses analyses vous seront proposées lundi en soirée.


Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

L’Europe avalise un plan d’aide de 100 Mds€ à l’Espagne

"Afin de soutenir les banques espagnoles, au bord du gouffre, l’Eurogroupe a finalisé, hier, un plan de sauvetage contre la promesse de réformes accélérées. Les agences de notation, elles, maintiennent la pression.

Après la Grèce, l’Espagne. Hier, les ministres des Finances de la zone euro ont avalisé un plan d’aide massif au système bancaire espagnol, qui pourra aller jusqu’à 100 Mds€ si nécessaire. A une semaine des législatives grecques — où se jouera, peut-être, le maintien d’Athènes dans la zone euro —, les leaders européens ont donc envoyé un signal très fort aux marchés.

Si le
gouvernement espagnol s’est refusé jusqu’au dernier moment à demander officiellement une aide européenne — afin d’éviter de se voir imposer un plan d’austérité « à la grecque » —, il a néanmoins accepté ce plan de sauvetage officiel, afin de sauver ses banques au bord du cataclysme financier. En contrepartie, Madrid s’engage à assainir son secteur financier, sous le contrôle du Fonds monétaire international.

Des réformes accélérées.
L’aide européenne sera, au moins, de 40 Mds€, mais pourra aller « jusqu’à 100 Mds » en cas de besoin, a précisé, hier, une source gouvernementale européenne. Elle sera dirigée vers les 30% de banques qui ont le plus de difficultés. En échange, le gouvernement devra notamment revoir un système bancaire surdimensionné depuis la bulle immobilière des années 2000. Et accélérer certaines restructurations : les prêts immobiliers sur cinquante ans devraient ainsi disparaître.

De 35 000 à 40 000 emplois menacés.
Les enjeux sont énormes. Il y a, bien sûr, la peur d’une contagion de la crise à d’autres pays. Des milliers d’emplois sont par ailleurs en jeu. Selon la Banque d’Espagne, la déconfiture du système bancaire espagnol a déjà coûté 25000 postes et la fermeture de 6000 agences entre 2008 et 2011. Et l’érosion, s’alarme le syndicat UGT, est loin d’être terminée.

Profil bas des banques françaises.
Très exposées à la dette espagnole publique comme privée (à hauteur de 97 Mds€ au total), les banques françaises, elles, ont envoyé le 22 mai une lettre à l’Elysée. Elles se déclarent « à la disposition du président », afin de faire le point sur la situation bancaire, en France comme dans la zone euro.

La bombe à retardement de la dette « santé ».
Une fois le système bancaire redressé, l’Espagne ne sera pas sortie de l’ornière pour autant. Une autre bombe à retardement l’attend : la dette des régions autonomes en matière de santé. Depuis deux ans, du fait de la crise, beaucoup d’hôpitaux ne payent même plus leurs factures!

Les agences de notation en embuscade. "

Source: Le Parisien

 

 

Reportage intéressant sur les robots traders sur France 2

Chaque vendredi en 2ème partie de soirée le nouveau magazine d'information d'Elise Lucet se penche sur un sujet économique et de consommation dans le but d'alerter l'opinion publique. La journaliste propose une enquête circonstanciée concernant une thématique proche des préoccupations. Vendredi dernier le sujet était les robots traders.

La vidéo est encore visible jusqu'à la fin de la semaine:
Lien

vendredi 8 juin 2012

Fitch dégrade l'Espagne de trois crans à BBB

L'agence de notation fait tomber de A à BBB la note de l'Espagne, avec perspective négative. Motif principal : la situation bancaire du pays. Selon Jean-Claude Juncker, chef de file de l'Eurogroupe, la zone euro se tient prête à venir en aide au secteur bancaire espagnol, si Madrid faisait une demande en ce sens.

"L'agence d'évaluation financière Fitch a abaissé jeudi de trois crans la note de l'Espagne, qui tombe de A à BBB, et l'a assortie d'une perspective négative, signifiant qu'elle pourrait à nouveau dégrader ce pays au cœur de la crise de la dette de la zone euro.
Parmi les raisons évoquées par Fitch figure le « coût budgétaire d'une restructuration et d'une recapitalisation du secteur bancaire espagnol », estimé à environ 60 à 100 milliards d'euros par l'agence dans son communiqué. Dans une précédente étude publiée quelques minutes auparavant, Fitch avait évoqué une fourchette de 50 à 100 milliards. Sur la base d'un coût de 60 milliards, la dette publique brute de l'Espagne pourrait exploser à 95% du produit intérieur brut en 2015, explique l'agence dans un communiqué.
En outre, « l'Espagne devrait rester en récession jusqu'à la fin de l'année et en 2013, alors que dans sa précédente prévision Fitch s'attendait à ce que son économie bénéficie d'une reprise modérée en 2013 », ajoute-t-elle. La dette publique espagnole est désormais à deux crans d'être considérée comme spéculative.

Aider le secteur bancaire espagnol

Selon le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, chef de file de l'Eurogroupe, la zone euro se tient prête à venir en aide au secteur bancaire espagnol, si Madrid faisait une demande en ce sens. « Si jamais l'Espagne demandait d'appuyer son secteur bancaire, cela serait évidemment fait », a t-il affirmé à Bruxelles devant la presse.
« Il est trop tôt pour spéculer sur des chiffres », a-t-il estimé, soulignant que pour l'heure, « l'Espagne n'a pas formulé de demande » même si son « secteur bancaire est sous stress ». Pour le reste, « la situation de l'Espagne évolue plutôt bien. Le gouvernement espagnol a pris toutes les mesures de consolidation qu'il fallait prendre », a-t-il ajouté.
Interrogé sur la possibilité d'aider directement le secteur bancaire, il a jugé qu'il s'agissait avant tout d' « un problème juridique ». Les Européens réfléchissent aux moyens d'aider l'Espagne et son secteur bancaire, fragilisé par les actifs immobiliers risqués, sans contrepartie touchant la population espagnole, déjà soumise à une rude austérité et touchée par un chômage de masse.. Une idée serait de sauver uniquement les banques à travers l'Etat espagnol qui donnerait ensuite cet argent au Frob, le fonds public d'aide au secteur. Le journal El Economista affirmait jeudi que Berlin accepterait finalement cette solution, ce qui n'a pas été confirmé officiellement.
« Nous vivons des jours et des semaines cruciales », a reconnu jeudi soir M. Juncker, avant une série de rendez-vous décisifs pour l'avenir de la zone euro et de l'Union européenne, dont un sommet européen les 28 et 29 juin à Bruxelles.
Ce sommet devrait être l'occasion d'aller vers plus d'intégration en Europe et de faire « un saut qualitatif », selon les termes de M. Juncker qui travaille aux côtés de la Commission européenne, du Conseil européen et de la Banque centrale à un grand plan d'ensemble sur l'avenir de l'Europe. Ce plan sera justement présenté fin juin aux 27 dirigeants de l'UE.
« Il faudra renforcer nos coordinations de politiques économiques, c'est une lacune du traité de Maastricht, cela n'a pas pu se faire à l'époque. (...) A la sortie de la crise, l'Europe doit être plus forte », a estimé M. Juncker.
Autre dossier, et non des moindres, à l'agenda de ce sommet: la croissance, thème qu'a remis sur la table le nouveau président français, François Hollande, en demandant de renégocier le pacte de discipline budgétaire voulu par l'Allemagne, pour y ajouter un volet de croissance.
« La question de renégocier le traité ne m'intéresse pas même marginalement. Voyons quel instrument politico-juridique sera le plus à même de transposer la substance sur laquelle on se mettra d'accord », a lancé le Premier ministre luxembourgeois. « A vrai dire, je n'aime pas ces divisions assez artificielles », a-t-il affirmé, avant de rappeler que les trois derniers sommets européens « ont mentionné la croissance à 34 reprises » dans leurs conclusions."

Source: Les Echos.fr

jeudi 7 juin 2012

Le CAC40 surprend et casse sa résistance. Probable période de consolidation

La puissance du rebond nous a surpris. Nous soldons la totalité de nos positions short restantes.
Il n'est pas improbable que le CAC40 varie à très court terme en 3035 points et 3100 points.
Une cassure de ce dernier niveau en clôture nous amènerait à repasser positif.


Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

Moody's dégrade la note de plusieurs banques allemandes

"L'agence de notation Moody's a annoncé mercredi qu'elle avait abaissé la note de la dette d'une série de banques allemandes, dont Commerzbank et plusieurs des banques régionales Landesbanken, conformément à ce qu'elle avait laissé entrevoir en février. La première banque allemande Deutsche Bank, pour laquelle Moody's avait également émis un avertissement en février, ne figure pas dans la liste, car elle fait l'objet d'un examen à part.
Les décisions annoncées mercredi reflètent "le risque croissant de nouveaux chocs émanant de la crise de la dette en zone euro", commente Moody's dans un communiqué.
Mais pour la plupart des huit banques concernées et leurs filiales étrangères, l'abaissement de la note est limité à un cran, moins prononcé que pour d'autres banques européennes sanctionnées par l'agence ces derniers mois. Ceci s'explique, selon Moody's, par un "environnement relativement clément sur le marché domestique allemand", et les mesures déjà prises par les banques du pays pour renforcer leur situation financière.

114 instituts européens menacés

Commerzbank, deuxième banque allemande détenue en partie par l'État, a vu la note de sa dette à long terme abaissée d'un cran, et sa perspective abaissée à "négative". DekaBank, la banque coopérative DZ Bank, les Landesbanken LBBW et Helaba et la filiale allemande d'Unicredit ont toutes vu leur note abaissée également d'un cran.
Le recul est de deux crans pour NordLB, tandis que la banque coopérative WGZ Bank a gardé sa note, mais désormais assortie d'une perspective négative.
Moody's avait publié mi-février une liste de 114 instituts européens menacés d'abaissement de leur note. Au cours des semaines passées, et alors que la crise de la dette en zone euro est repartie de plus belle, l'agence a mis sa menace à exécution, abaissant notamment la note de 16 banques espagnoles, ou encore, ce mercredi, des trois plus grandes banques autrichiennes."

Source: AFP via Lepoint.fr

mercredi 6 juin 2012

Analyse CAC40 - Comme prévu, le CAC40 est venu testé sa résistance

Le CAC40 bloqué par le niveau psychologique des 3000 points. Il n'est pas interdit qu'on vienne chercher la résistance à 3040 points. Nous restons short sur les marchés car l'upside semble limité.



 Tous les propos qui sont tenus sur ce blog ne représentent pas de recommandations de placement en tant que telles. Il s’agit de fournir des idées et d’offrir un espace convivial de discussion.
Ces avis ne représentent pas automatiquement des positions que nous avons dans nos portefeuilles.
Chaque personne est consciente des risques inhérents aux investissements boursiers.
Les propos n’engagent que l’auteur, et ne sauraient en aucun cas constituer une recommandation ou un conseil, mais uniquement une information générale.

L'Espagne appelle l'Europe à l'aide pour ses banques

"Le premier ministre espagnol demande à l'Europe «d'aider les pays en difficulté». L'Espagne n'a plus accès aux marchés. L'appel à un sauvetage bancaire semble imminent.

L' Espagne est au bord du plan de sauvetage. Si Madrid n'a pas encore officiellement appelé à l'aide européenne, celle-ci devient inéluctable, tant la pression des marchés est forte.
Alors que la crise espagnole était au cœur d'une conférence téléphonique du G7, le chef du gouvernement Mariano Rajoy a fait un pas de plus vers la demande d'assistance financière. Devant le Parlement à Madrid, il a appelé l'Europe à «soutenir les pays en difficulté» et préparé les esprits. «Le plus urgent, pour nous, le plus important, c'est notre problème de financement, de liquidités, et de soutenabilité de la dette», a-t-il résumé.
Réticent à accepter un sauvetage européen qu'il juge humiliant, Mariano Rajoy a rappelé sa préférence pour les achats de dettes par la Banque centrale européenne (BCE), qui ont «considérablement soulagé» l'Espagne l'an dernier.
Mais cette année, depuis que la BCE a cessé ses rachats de dettes, l'Espagne subit une hausse de taux d'emprunt telle sur les marchés obligataires, qu'elle rend sa situation intenable. Le Trésor espagnol emprunte à 6,23% à 10 ans, contre 1,20% pour l'Allemagne, soit une prime de risque record de 500 points de base. «La prime de risque actuelle signifie que l'Espagne n'a pas accès aux marchés», reconnaît le ministre espagnol du Budget Cristobal Montoro.

«L'Espagne va devoir manger son chapeau»

Refusant d'être assimilée à des petits pays comme la Grèce, le Portugal ou l'Irlande, l'Espagne, quatrième économie de la zone euro, refuse un sauvetage souverain. Elle juge cette solution non seulement inutile mais hors de portée de l'Europe. «Mettre l'Espagne à l'abri des marchés financiers pendant trois ans nécessiterait 600 milliards d'euros et l'Europe ne les a pas», rappelle un proche du gouvernement à Madrid. L'Europe ne dispose, il est vrai, que de 750 milliards d'euros de capacité de prêts, à travers le Mécanisme européen de stabilité (MES).
En revanche, Madrid s'accommoderait d'un sauvetage strictement bancaire, évalué à 100 milliards d'euros d'après les experts. Il passerait par le Fonds européen de stabilité financière (FESF) doté de 450 milliards d'euros, qui peut recapitaliser les banques en émettant des obligations, comme il l'a fait en Grèce le mois dernier.
Reste à définir les modalités exactes de ce sauvetage bancaire espagnol. Elles divisent Madrid et Berlin au plus haut niveau. L'Espagne plaide pour une recapitalisation directe, qui court-circuite le gouvernement espagnol, pour éviter toute confusion avec un sauvetage souverain et échapper à la mise sous tutelle de son secteur bancaire par Bruxelles.
Impossible dit Berlin. D'après les traités, ni le FESF ni le Mécanisme européen de stabilité (MES) ne sont autorisés à recapitaliser directement les banques. Le passage par une entité publique garante de l'utilisation des fonds européens est obligatoire. «L'Espagne va devoir manger son chapeau», estime Jean Pisani-Ferry, directeur de Bruegel, «car l'Allemagne a déjà bougé en acceptant que ce ne soit pas un sauvetage classique avec le FMI et un programme de réformes à la clé…»."

Source: Le Figaro